Blog patisserie & conseils pour CAP pâtissier !

Ça représente quoi d’avoir un CAP pâtissier ?

Ça représente quoi d’avoir un CAP pâtissier ?

Les résultats du CAP sont tombés et bravo à tous ceux qui l’ont obtenu (et courage pour les autres, on relève la tête et on recommence l’année prochaine !). Les notes commencent d’ailleurs à arriver dans les boîtes à lettres. Du coup, j’ai trouvé que c’était le moment idéal pour partager avec vous ce que représentait pour moi le fait d’avoir un CAP pâtissier !

Le CAP pâtissier, une histoire de note ?

L’idée de cet article m’est venue quand des membres des groupes FB auquel j’appartiens ont pris conscience des premiers échecs des candidats ayant moins de 10 en pratique (mais avec plus de 10 de moyenne générale). S’en est suivi un long débat sur ce qu’était le fait de « mériter » le CAP pâtissier. Personnellement, je n’ai pas eu une excellente note en pratique (11) et j’aurais eu le sentiment de ne pas mériter mon diplôme en ayant moins de 10.

Je ne vais sûrement pas me faire des amis, mais je trouve qu’on ne devrait pas avoir son CAP avec moins de 10 en pratique. N’oublions pas que c’est un examen national qui représente un savoir-faire professionnel et indique un certain niveau de compétences. L’obtenir parce qu’on a bachoté et qu’on a eu 17 en théorie n’est pas normal selon moi. Un peu comme si on donnait le permis à quelqu’un qui aurait fait 0 faute au code mais grillé un stop en conduite !

D’autant qu’avoir le CAP, c’est la partie « facile » d’un projet de reconversion. Trouver du boulot derrière est pour moi le vrai challenge. Quelqu’un qui arrive sur le marché avec un niveau très bas en pratique discrédite complètement les candidats libres (qui n’ont déjà pas la vie facile pour trouver du boulot !).

Avoir un CAP, signifie qu’on est capable d’intégrer une brigade, tenir un poste et être rentable pour un patron. Même s’il est évident qu’avec un CAP, on n’est pas « pâtissier ». On le deviendra avec le temps, l’humilité et l’apprentissage dispensé par les chefs autours de nous (je ne me considère absolument pas pâtissière moi-même). Et je trouve ça dommage que certains hurlent au scandale car ils pensent mériter un diplôme en n’ayant pas la moyenne dans la matière principale.

Injustice quand tu nous tiens…

Ceci étant, on retombe encore une fois dans l’injustice du CAP pâtissier car l’obtention ou non du diplôme selon la moyenne en pratique dépend des académies ! Et clairement la règle devrait être la même pour tout le monde. Autre point qui fait débat, il semblerait que dans certaines académies, les candidats libres soient clairement « saqués ». Certains très bons élèves ayant eu des notes très moyennes à l’examen.

Personnellement, je trouve que mon 11 était tout à fait mérité (ayant tout sorti mais sans réel panache). Mais trop de candidats libres sont déçus de leur note pour ne pas réellement se poser la question d’une injustice vis-a-vis d’eux. Alors certes, les conditions d’exam et les gestes manquants peuvent expliquer une baisse de note. Mais des gens dont j’ai vu passer le travail toute l’année via les groupes FB et dont l’épreuve s’est bien passée ont clairement été sous notés.

Encore une fois, on en arrive à un examen qui par toutes les incohérences et les injustices qu’il subit, se trouve vidé de son sens. A se demander si le CAP pâtissier n’est pas train de devenir un diplôme de pochette surprise ! En tout cas il devient urgent à mon sens de le reformer pour lui redonner tout son sens.

J’en profite aussi pour rappeler que même en ayant un CAP pâtissier, il est interdit de vendre des gâteaux à son domicile. Avoir son CAP, c’est aussi se plier à un savoir-faire professionnel et un certain nombre de règles d’hygiène. Et pour vendre des gâteaux en toute légalité, il est nécessaire d’avoir un labo. Oui c’est compliqué, oui c’est cher, mais de nombreux professionnels se plient tous les jours aux règles en terme de location de labo et de charges. Je trouve ça dommage que certains s’en affranchissent (encore plus quand ces personnes en font leur activité principale).

Et pour moi, si vous faites parti de ces gens qui se lèvent le matin pour rendre le monde plus beau en créant des pâtisseries, que vous apprenez tous les jours des autres (et que vous partagez votre savoir en retour), si vous créez dans le respect des règles d’hygiène, alors vous méritez votre CAP et j’ai un immense respect pour votre travail !



6 avis sur “Ça représente quoi d’avoir un CAP pâtissier ?”

  • Bonjour Camille. Merci pour ce site et pour tous les conseils que tu dispenses. Pourquoi ne pas le passer en 2019 ? Encore beaucoup de lecture ici et ailleurs et je me déciderai pour de bon. Merci (encore) !

  • Il est très juste ton post Camille. Pour avoir fait partie des gens qui aidaient des candidats libres à préparer leur diplôme, j’ai le sentiment que les professionnels jugent sur la pratique, et comme les candidats libres n’ont souvent aucune idée de la pratique réelle et bien ils se cassent les dents quand ils arrivent sur le marché du travail. C’est un métier difficile et c’est simple pour personne. Le CAP pâtisserie ça reste un diplôme, il faut voir ce qu’on en fait par la suite mais effectivement une personne qui n’a pas la moyenne en pratique ne le mérite pas.

  • La pâtisserie un vrai métier cap en candidat libre ne veux pas dire grand chose des recettes de bases quelques gâteaux ne représente pas le métier de patissier une expérience en entreprise et obligatoire 5 ans minimum pour acquérir une expérience de patissier 10 ans pour une bonne maîtrise et une gestion de laboratoire le reste du métier s apprend sur le tas donc même avec un cap vous êtes pas un vrai patissier vous avez des bases si vous avez aucune expérience de minimum deux ans dans une entreprise vous avez aucune chance de trouvez du travail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.