Blog patisserie & conseils pour CAP pâtissier !

J’ai testé pour vous les repas minceur Kitchendiet : j’en pense quoi ?

J’ai testé pour vous les repas minceur Kitchendiet : j’en pense quoi ?

J’ai longtemps hésité avant d’accepter la proposition de Kitchendiet de tester une semaine de leurs repas minceur. D’abord parce que je ne suis pas le genre de fille à vous dire que perdre du poids rend heureux. Pour m’être parfois rendue malade par le passé, je prône fermement la doctrine du “trouve le poids d’équilibre où tu peux à la fois être heureux et manger du chocolat !”.

Je n’aime pas non plus l’idée que mon poids me détermine en tant que personne aux yeux de la société. Malgré tout (et même si j’aimerais que non), je me trouve plus jolie avec 5 kg de moins (je ne suis pas à un paradoxe près !). Donc si je trouve une méthode simple et équilibrée pour les gommer, je dis banco !

Mais ayant été en fort surpoids jeune (-30 kg au lycée) et de par mon travail aujourd’hui, la nutrition et l’équilibre sont des sujets qui m’intéressent particulièrement et je suis assez exigeante. Je suis d’ailleurs plutôt contre les régimes de manière générale. Je prône l’équilibre, le plaisir et le lâcher-prise selon les méthodes du Dr Zermati, Apfeldorfer et l’excellente Ariane Grumbach.

Plus que tout, je recommande d’éviter les plats industriels bourrés de sucre et de sel et privilégie le frais. J’ai donc plutôt un avis négatif sur les régimes hypocaloriques et les plats tout prêts. Mais je voulais voir si Kitchendiet avec ses plats créés par un chef 2 étoiles allaient me faire changer d’avis. Les différents points que je souhaitais valider :

  • Est-ce que les plats sont bons ?
  • Est-ce que les plats préparés sont sains ?
  • Est-ce que le programme est tenable ?

Description du programme

Pour commencer, faisons un petit point sur le programme en lui-même : Kitchendiet est un programme minceur articulé autour de repas livrés à domicile et de consultations téléphoniques avec une diététicienne. On reçoit à domicile tous les repas de la journée : le petit déjeuner, le déjeuner, une collation et le dîner pour 6 jours sur 7. Le 7e jour est une journée libre qui permet de continuer à avoir une vie sociale (répondre aux invitations à des repas familiaux et/ou professionnels) et de commencer à gérer soi même ses repas pour apprendre à manger équilibré.

Les repas sont élaborés par le chef 2* Michelin Mauro Colagreco et sont interchangeables : on peut organiser sa semaine comme on veut en fonction des envies. Le programme permet de perdre entre 3 à 4 kilos par mois pour les femmes et 4 à 6 kilos pour les hommes.

  • Plats

Petit “plus” par rapport à d’autres programmes, la possibilité de commander soi-même les plats qui nous font envie  :

  • + de 40 plats pour le déjeuner et le dîner, aucun aliment interdits
  • 5 petits-déjeuners, 5 collations, des desserts de fruits, des yaourts maigres avec différents parfums

Les plats sont mis en barquette selon un procédé nouveau différent de l’appertisation des plats industriels traditionnels ce qui permet de garder la saveur des légumes.

  • L’accompagnement diététique :

L’offre comprend :

  • des réunions de groupe (chat en ligne animé par une diététicienne) – 1 fois par semaine
  • des consultations téléphoniques avec une diététicienne diplômées – 1 fois tous les 14 jours
  • un guide de 84 pages “réussir mon programme minceur tome 1” livré à la commande

Les tarifs

Voici les tarifs pour le programme minceur KitchenDiet :

  • 1 mois : 129 € par semaine
  • 2 mois : 119 € par semaine
  • 3 mois : 109 € par semaine
  • 4 mois et +:  89 € par semaine

Ce qui revient à moins de 15€ par jour pour les 4 repas de la journée, livraison et consultations comprises (ce qui n’est pas énorme selon moi si vous avez l’habitude de manger hors domicile le midi en idf).

Situation de départ et objectifs

Avant de vous donner mon avis, j’aimerais faire un petit point sur ma situation de départ.

Comme je vous le disais en intro, je suis une ancienne ado en surpoids. Aujourd’hui j’ai trouvé un poids d’équilibre qui me permet de manger des gâteaux et de ne pas grossir. Je fluctue à 2 kg près généralement et cela me convient. Avoir un poids d’équilibre où l’on se sent bien est à mon sens un acquis inestimable. Perdre quelques kilos : oui, me frustrer et me détraquer pour repartir dans l’autre sens : non !

En tant que blogueuse, j’ai un mode de vie où je fais régulièrement des “écarts” (si l’on peut qualifier d’écarts le fait de passer un moment agréable à manger avec ses amis! ). Je suis souvent dehors à tester des nouveautés (invitée ou non d’ailleurs !). Au fil du temps, j’ai appris à écouter mes sensations et à me faire confiance pour gérer ma faim. Il m’arrive donc régulièrement de sauter des repas le soir lorsque j’ai bien profité le midi (je n’ai juste pas faim). Je bosse à domicile donc je fais beaucoup de repas à domicile malgré tout. Et bien que j’ai un poids d’équilibre, je n’arrive pas vraiment à maigrir (je ne suis pas non plus ultra-motivée, je l’avoue).

Aujourd’hui, je fais un bon 36 heureux et bien rempli pour 1m64 !

Est-ce que c’est bon ?

Vous avez peut-être suivi ma vidéo d’unboxing sur Instagram lorsque j’ai reçu ma commande : un gros colis contenant tous les plats préparés pour une semaine de régime avec petit-déjeuner, déjeuner, collation et dîner. 1200 calories de repas par jour sans avoir à me préoccuper de rien. C’est assez impressionnant de remplir son frigo avec des barquettes quand on n’a pas l’habitude ! En illustration de l’article, je vous ai mis une photo d’un repas complet le midi.

Je craignais vraiment que les plats ne soient pas terribles. En bonne gourmande et gourmette, impossible pour moi de faire l’impasse sur le goût ! Comme je vous le disais en intro, je n’achète jamais de plats tous prêts : je les trouve chers et pas bons. Et bien ceux de Kitechendiet sont plutôt bons ! J’en ai adoré certains et pas vraiment apprécié d’autres mais dans l’ensemble le goût est plutôt pas mal (pour des plats tout prêts entendons-nous !).

Ceux que je n’ai pas aimé sont ceux que je n’aime pas vraiment “de base”. Jamais par exemple je ne commanderais un navarin d’agneau dans un restau. Ce n’est donc pas surprenant que je n’ai pas aimé ce plat. De plus, je n’ai pas choisi parmi tous les plats disponibles (alors que c’est faisable lorsqu’on commande). J’aurais certainement trouvé plus de plats à mon goût si j’avais fait moi-même la commande. Mais globalement j’ai trouvé ça plutôt bon.

N’espérez tout de même pas retrouver le goût d’un 2 étoiles en restauration. Bien que le procédé ait été amélioré pour conserver le goût, ça reste des plats tout prêts qui ne vaudront jamais le frais !

La qualité des plats

Bon sur la qualité nutritionnelle des plats, je suis un peu plus mitigée que sur le goût. Bizarre de trouver du glutamate (exhausteur de goût qui entraîne une inhibition des papilles responsables de la satiété) dans un plat amaigrissant ! Et “bouuhhh” les pancakes contenant 50 % de sucre de sirop de glucose !

Ceci étant, je suis un peu dure parce que le reste des produits est plutôt clean et on sent un vrai effort de la part de Kitchendiet de proposer des plats dont la composition est la meilleure possible (tout en réduisant les calories, ce qui ne doit pas être un job facile !). Disons qu’ils doivent continuer leurs efforts sur les additifs controversés pour obtenir mon adhésion totale !

Est-ce que c’est tenable ?

Vous avez peut-être remarqué dans mon intro que je ne cherchais pas à valider si le programme “marche” mais s’il est “tenable“. Bien sûr qu’en mangeant 1200 calories par jour on finit par maigrir. Mais combien de temps on tient en sous-régime, sans être frustré et sans craquer ?

Pour ma part, 2 jours. Les deux premiers jours, j’ai été exemplaire : j’ai mangé exactement ce qui m’avait été assigné. Mais très très vite, j’ai commencé à avoir faim, mal à la tête et des difficultés à me concentrer. Le premier jour, impossible d’avancer sur mon travail ou même lire un plan de métro (j’ai même oublié un instant si j’avais déjà pris ledit métro ou non). J’étais “à l’ouest”, fatiguée et frustrée.

Le premier soir, j’ai assisté à une conférence et mon seul sujet de préoccupation était de savoir quand j’allais pouvoir rentrer pour manger (alors que la conf proposait un buffet mais évidemment je n’y avais pas le droit). Pendant ces deux jours, j’ai développé une sorte d’obsession pour la nourriture liée à la frustration (chose qui ne m’était plus arrivée depuis des années).

Ironie du sort, malgré mes efforts, je n’avais pas perdu un gramme et même pris 100 (ce qui est négligeable vu la précision de ma balance je vous l’accorde mais décourageant néanmoins). Un signe de plus que mon corps n’était pas extrêmement favorable à l’expérience.

Le troisième jour, j’étais invitée à une dégustation. J’ai donc décidé de faire ma journée de libre en suivant les conseils contenus dans le livret. Et ben à 15h j’avais tellement faim que je me suis complètement lâchée sur les délicieuses cornes de gazelle de Maison Gazelle (bien plus probablement que si j’avais mangé normalement les jours d’avant). J’ai enchaîné avec un délicieux cocktail et un restaurant japonais (et passé l’une des soirées les plus cool de ces derniers mois, aucun regret donc !). Mais gros fail pour ma journée de libre.

Le reste de la semaine s’est passé peu ou prou de la même manière : tenter de concilier mes invitations (ou tout simplement mes envies de sortir !) avec le programme imposé. Bizarrement, j’ai constaté un certain désintérêt pour le chocolat (qui était autorisé dans mon programme) mais n’a jamais autant fantasmé sur un oeuf au plat salade ! Donc pour moi, 1200 calories par jour, ce n’est pas “tenable” (mais je ne tiens pas longtemps non plus à 1200 calories avec des applis telles que MyFitnessPal). En discutant avec des copines, certaines se contentent facilement de 1200 calories par jour, sûrement une question d’habitude.

Mon avis

Vous l’aurez compris cette semaine de test ne fut pas une grosse victoire. Je n’ai pas vraiment réussi (ni eu vraiment l’envie je l’avoue) de privilégier mon programme minceur à ma vie sociale.

Je me reconnais volontiers une certaine intolérance à la frustration, ainsi qu’une allergie violente à la routine et au cadre imposé. En ce sens, je pense que le programme Kitchendiet n’était pas fait pour moi. Trop restrictif et pas assez flexible : je ne pouvais pas manger quand j’avais faim et n’avait plus vraiment faim quand il était l’heure de mon repas. Parfois j’aurais aimé manger “moins” mais manger ce dont j’avais vraiment envie ! En plus je n’ai pas eu de bol, avec le pic de chaleur, je me suis retrouvée à manger de la soupe par 31 degrés à deux reprises. Alors que je ne rêvais que de salades de tomates mozzarella….

J’ai tout de même aimé le fait de ne pas avoir à cuisiner parfois, d’avoir seulement à ouvrir un opercule. C’est assez simple et reposant. Mais je pense aussi que cela à un effet pervers parce que cuisiner aide à prendre conscience de ce que l’on mange. Manipuler les aliments, les préparer, les assaisonner a un impact sur la sensation de satiété que l’on ne retrouve pas autrement (j’ai pourtant fait attention à me préparer de jolies assiettes).

Je regrette aussi que le programme n’apprenne pas plus à cuisiner. J’ai énormément apprécié la consultation téléphonique avec une diététicienne (qui m’a d’ailleurs donné de très bons conseils) mais dans l’ensemble je trouve l’approche de Kitchendiet un peu dépassée. Pas de travail sur le fait de reconnaître la satiété, pas d’exercices de méditation par exemple, alors qu’on sait que c’est hyper important pour réapprendre à manger.

Globalement, après avoir fini le programme, on ne sait pas mieux gérer ni ses émotions ni sa façon de manger. J’aurais aimé avoir des recettes pour ma journée de libre par exemple, pour savoir comment faire bien chez moi après le programme. Par contre, il y a des conseils pour se mettre au sport mais j’étais tellement en sous-régime que je n’ai pas réussi à m’y mettre.  

En conclusion, je dirais que ce programme peut vous convenir si vous êtes déjà adeptes des plats préparés (ceux de Kitchendiet sont meilleurs à la fois en goût et en composition que ceux du commerce) ou si contrairement à moi vous avez besoin d’être très cadrés. Je pense aussi que c’est un programme beaucoup plus adapté l’hiver que l’été.

Si vous vous reconnaissez dans ce descriptif, foncez sur le code CAMILLEKD qui vous donne 20% de réduc sur les formules 1, 2 ou 3 mois !

Article sponsorisé



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.