Blog patisserie & conseils pour CAP pâtissier !

CAP ou Meilleur Patissier : que choisir ?

CAP ou Meilleur Patissier : que choisir ?

Il y a quelques semaines, j’ai reçu une proposition pour participer à un casting d’émission de pâtisserie amateur. J’ai répondu au mail en disant que j’étais intéressée, que je n’avais jamais travaillé dans une pâtisserie mais que j’avais mon CAP. Malheureusement et même si je m’y attendais, la personne m’a indiqué que ce n’était pas possible pour cette émission car j’étais une pro à leurs yeux.

Ça m’a rappelé une conversation que j’avais eu au Téléthon avec des blogueuses food qui se demandaient quelle était la meilleure option entre passer le casting du Meilleur Pâtissier ou passer son CAP (les épreuves ont lieu au même moment, donc impossible de faire les 2). Du coup, j’ai voulu creuser la question en interrogeant des personnes qui ont opté pour l’une ou l’autre option. Je pense que ce dossier aidera ceux d’entre vous qui hésitent à se faire une idée.

Et pour cette première interview, j’ai interrogé Lila, du Meilleur Pâtissier saison 5.

Bonjour Lila et merci de prendre un peu de temps (entre deux avions !) pour répondre à mes questions.

Premièrement, j’aimerais savoir combien de fois tu as passé le casting avant d’intégrer l’émission du Meilleur Pâtissier ?

Je l’ai passé… 1,5 fois ! La première demi-fois, c’était il y a 2 ans. On m’avait contactée pour que je fournisse des photos supplémentaires à ma candidature et puis plus de nouvelles… Sur le coup ça m’avait un peu froissée, et j’avais décidé de ne pas renouveler l’expérience.

Et puis finalement c’est l’émission qui est revenue vers moi grâce à ma page Facebook (que j’avais ouverte 6 mois plus tôt), ce qui m’a permis d’être plus en position de force par rapport à ma candidature. En parallèle, j’écumais les concours amateurs donc je crois que je commençais à me faire un peu connaître de ce côté-là aussi.

L’émission a été une vraie bénédiction pour moi car c’était une manière pour moi de tester mon projet en conditions réelles. J’étais à fond dans la pâtisserie et incontestablement ça m’a aidé à me lancer.

Justement, quels étaient tes projets avant le casting ?

J’avais (et j’ai toujours d’ailleurs) comme projet de monter un labo privé pour devenir traiteur sucré dans ma région. C’est pourquoi le CAP a toujours été une priorité pour moi. D’ailleurs, j’avais prévu de le passer quand la prod m’a appelée. Mais comme l’émission se passe en même temps que les examens, il a fallu faire un choix.

Ceci étant, le CAP tu peux le passer plus tard mais tu ne peux pas faire l’émission si tu as un CAP (puisque que tu es considéré comme “pro”). Donc ça a été plutôt vite vu… Mais j’ai toujours pour projet de le passer en juin prochain.

Selon toi, pourquoi pense-tu avoir été choisie pour l’émission?

C’est un peu difficile à dire. La preuve, la première année je n’intéressais personne et l’année suivante c’est la prod qui me faisait les yeux doux. Ce qui est sûr, c’est que l’émission recherche des profils types. Moi j’incarnais un profil bien délimité : “rousse”, “technicienne”, “fort caractère”, “compétitrice” et “liée au médical”. Ce qui a fait la différence je pense, c’est le contraste pâtissière/diététicienne qui était intéressant à explorer.  

As-tu des conseils pour maximiser ses chances ?

Hum…pas vraiment… En passant le casting, on peut être 10 à avoir plus ou moins le même profil et au final il n’y en aura qu’un de choisi. Forcément le fait d’être à l’aise devant la caméra est un gros pré-requis. Si tu es très doué mais que tu ne passes pas bien à l’écran ça ne le fera pas. Il y a une petite part de chance aussi…

Je pense que le plus important c’est de rester soi-même et d’avoir la niaque… Il faut savoir dès le départ que ça va être difficile et qu’il ne faudra rien lâcher. C’est une super expérience mais il faut savoir dans quoi on s’embarque.

Note de Camille: Christelle de Il était une fois la pâtisserie a réalisé une vidéo très drôle (et instructive !) sur comment elle a raté le casting du Meilleur Pâtissier.

Justement, tu as un fort caractère, avais-tu peur de la manière dont tu risquais d’être dépeinte lors de l’émission ?

Je suis compétitrice et je l’assume complètement ! Mais effectivement j’avais un peu peur de passer pour “la connasse de service”. On sait tous combien c’est facile de biaiser une situation avec le montage et comme le résultat peut être cruel… Au final, à part à 2-3 occasions qui ont été sorties de leur contexte, je n’ai pas à me plaindre. Je me suis assez reconnue lors de la diffusion. Je regrette juste qu’on ne m’ait pas plus vue aider les autres à la fin des épreuves. Je finissais souvent en avance et j’ai toujours utilisé ce temps pour filer un coup de main.

Après, on le sait quand on signe : c’est de la TV, on bénéficie d’une forte visibilité mais en contrepartie, on ne contrôle pas son image et on doit souvent se taire et accepter. Ca a été un peu difficile pour moi car je dis souvent ce que je pense, mais au final rien de bien grave.

Et quel a été ton ressenti par rapport au public et à ta notoriété ?

Globalement ça s’est bien passé. Je suivais les commentaires en live sur twitter et sur ma page Facebook et j’avais parfois des critiques gratuites mais bizarrement, surtout sur les épreuves où je réussissais !

Après, on sait très bien qu’il y a et il y aura toujours des gens désagréables et jaloux. Au tout début, c’est pas évident à gérer mais pour ma part j’ai vite pris le pli de me concentrer sur le positif et d’occulter le reste pour avancer. Je sais que d’autres candidats ont eu plus de mal à digérer les critiques. Là encore il faut le savoir quand on s’engage. Faire une émission aussi médiatisée nécessite un gros mental et une bonne dose de recul pour gérer l’après émission et le retour à la réalité.

Pense-tu que tu aurais eu plus d’opportunités si tu avais gagné ?

Clairement oui. A part quelques exceptions de candidats qui ont su tirer leur épingle du jeu en trouvant un vrai créneau sur le web (et ils bossent comme des malades pour produire du contenu et se démarquer), le public  a tendance à ne retenir que les vainqueurs qui ont de fait beaucoup plus d’opportunités. C’est compréhensible qu’ils bénéficient de beaucoup de médiatisation mais je trouve dommage que d’autres candidats très talentueux eux aussi ne soient pas plus mis en avant.

Après c’est aussi à chacun de valoriser la notoriété acquise pour réaliser ses projets. On a tous bien conscience que c’est une notoriété éphémère et qu’on est vite remplacé… Ca peut s’arrêter demain. C’est pour ça que je profite de cette période pour réaliser des ateliers culinaires en attendant de passer mon CAP.

Et pour finir, que conseilles-tu à un amateur qui se pose la question : le CAP ou le casting ?

En fait, je crois que la question ne se pose pas trop. En France, si tu veux vendre des gâteaux, tu as obligatoirement besoin de ton CAP, c’est la loi. Donc si ton projet c’est d’intégrer le milieu professionnel, le CAP s’impose.

Dans les autres cas, je trouve qu’il vaut mieux rester amateur le plus longtemps possible. Il y a énormément de concours amateurs (en plus des concours télévisés) où l’on peut se faire repérer. Par contre, si tu as ton CAP tu es considéré comme pro et c’est cuit !

Donc Il vaut mieux être un très bon amateur (et se laisser des portes ouvertes sur des castings) que d’être un “pro moyen” qui a son CAP mais pas le niveau d’une personne qui a 10 ans d’expérience. Donc si tu n’as pas vocation à travailler dans une cuisine pro, reste amateur c’est plus flexible. Après, intégrer une émission de télé ne peut pas être un plan de carrière, c’est beaucoup trop hasardeux, il faut voir plus large et se concentrer sur des concours peut-être moins médiatisés mais aussi intéressants pour progresser.

Merci Lila pour tes réponses. Pour ceux qui veulent retrouver tes recettes, c’est direction  Facebook, Twitter, ton blog :  Vivre d’amour et de gâteaux  et ta chaine Youtube



6 avis sur “CAP ou Meilleur Patissier : que choisir ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *